samedi 7 avril 2018

Encore un peu de teintures

En faisant un graaaand rangement chez moi (du genre que je repoussais depuis 5 ans), j'ai retrouvé deux choses dont j'avais totalement oublié l'existence.
Tout d'abord un bocal Le Parfait rempli de pelures d'oignons que j'avais soigneusement mis de côté pour teindre des œufs. Niveau timing ça tombait plutôt pas mal, et du coup j'en ai profité pour teindre une autre serviette en coton.
Ensuite une bouteille de vin rouge entamé avec une étiquette disant "vin pas bon à utiliser pour teinture, le bouchon s'appelle revient". Inutile de dire que le bouchon avait depuis séché (et a fini à la poubelle) et que le vin s'était madérisé et pris une jolie teinte rouge tuilé. Mais j'ai quand même tenté la teinture.

Le tout à la one again vu que je n'ai toujours pas acheté de mordant.

Teinture aux pelures d'oignons


On obtient une couleur relativement soutenue orange brique.
Il vous faut "pas mal" de pelures d'oignons et de l'eau. J'avais un bocal Le Parfait de 1L plein de pelures pour environ 1,5L d'eau.
(Le livre Teintures naturelles de Setsuko Ishii recommande pour la pelure d'oignons 20% du poids du tissus, pour l'eau 50x le poids du tissus et un mordançage à l'alun).

Faire tremper une nuit les pelures dans l'eau. Porter à ébullition une dizaine de minutes. Laisser refroidir et filtrer.
Mettre le tissus dans le bain, faire bouillir gentiment une quinzaine de minutes en remuant de temps en temps. Laisser refroidir dans le bain. Bien rincer le tissus à l'eau froide.

La couleur a continué à dégorger même au 6ième lavage, moment auquel j'ai rendu les armes et mis la serviette à sécher. Un coup de fer à repasser pour tenter de fixer la couleur, à voir comment elle évolue dans le temps.

J'en ai profité pour teindre quelques uns de mes sacs à vrac pour pouvoir différencier d'un coup d’œil la grande taille de la petite.

Teinture au vin rouge (madérisé)


J'ai obtenu un vieux rose assez pâlichon. A réessayer avec du vin qui n'a pas tourné ...

 Mettre le vin dans une casserole, y plonger le tissus, rajouter un peu d'eau si besoin afin que tout le tissus trempe dans le liquide.
Faire bouillir gentiment une quinzaine de minutes en remuant de temps en temps. Laisser refroidir dans le bain. Bien rincer le tissus à l'eau froide.
(Un petit conseil pour celui-là : mettre un couvercle sur la casserole et laisser la fenêtre ouverte, mais même avec cela ma cuisine a gardé pendant quelques heures une délicate odeur de vieux fond de tonneau ...)

samedi 31 mars 2018

Oeufs de Pâques

Quand j'étais petite, dans les nids de Pâques chez ma grand-mère il y avait toujours un œuf dur qu'elle teignait elle-même. Je m'y suis essayé cette année avec des pelures d'oignons qui donnent une jolie couleur brique.


Le bain de teinture

Il vous faut "pas mal" de pelures d'oignons et de l'eau. (J'avais un bocal Le Parfait de 1L plein de pelures pour environ 1,5L d'eau).

Faire tremper une nuit les pelures dans l'eau. Porter à ébullition une dizaine de minutes. Laisser refroidir. Comme je voulais teindre en même temps un morceau de tissus j'ai filtré mais ce n'est pas nécessaire pour les œufs.

L'eau à pris une teinte brun-orangé très foncée alors que les pelures ont perdu leur couleur et sont devenues ternes.


Variantes :vous pouvez obtenir une couleur rouge foncé avec le jus de cuisson des betteraves, verte avec celui des épinards.

La teinture des œufs

Normalement, vous portez la teinture à ébullition, faites cuire les œufs 9 minutes, puis coupez le feu et laissez les œufs tremper dans le mélange au moins jusqu'à refroidissement. Seulement, cela donne des œufs archi-cuits que personnellement je n'apprécie pas.

J'ai donc procédé de la façon suivante :
- Faire tremper 5 h les œufs crus dans le bain de teinture froid. Les sortir.
- Porter le bain à ébullition.
- Faire cuire 9 minutes les œufs puis les sortir.
- Laisser le bain de teinture refroidir.
- Remettre les œufs durs à tremper dans le bain pendant une nuit.

 La gravure

Avec une grosse aiguille à laine pointue, griffer la surface de l’œuf pour graver votre motif. Cela marche bien pour les traits et parties droites, les courbes sont un peu plus délicates à réaliser.
Le contraste est bien marqué car j'ai utilisé des œufs blancs.
Frotter ensuite les œufs avec un chiffon imbibé d'huile alimentaire pour les rendre brillants.

Bonne fête de Pâques à tous !

samedi 3 mars 2018

Le bonnet multico de Zac

Un petit bonnet tout simple, sans diminutions ou calculs compliqués. 
Un rectangle tricoté en rond avec des restes de laine, un peu de côte en bas, une terminaison à 3 aiguilles sur l'endroit et voilà !


Pour cette version j'ai ajouté quelques variations.
Il peut se porter de deux façons : comme un bonnet "normal" avec la bordure repliée ou comme un masque. J'ai d'abord tricoté le corps du bonnet en jersey, avec un montage provisoire. Le bord côte a été tricoté dans un second temps (dans le sens opposé) pour pouvoir plus facilement placer les ouvertures pour les yeux.
La finition a été faite sur 3 groupes de mailles différents. Il vaut mieux rabattre du centre vers l'extérieur pour éviter d'avoir un énorme trou au milieu.


dimanche 7 janvier 2018

Emballages à la cire d'abeille

Le cadeau de Noël de tout le monde cette année (ou plutôt les étrennes vu la date) : des wraps de tissus à la cire d'abeille. Il s'agit de morceaux de tissus imprégnés de cire d'abeille visant à remplacer cellophane et papier d'aluminium pour emballer vos denrées alimentaires diverses et variées ou recouvrir un récipient (à froid, jamais jamais dans le four !).




Testé et approuvé par Philippe et Richard pour conserver les brioches et autres gâteaux bien moelleux. Ils m'en ont commandé un grand modèle de 60 cm de côté pour envelopper leurs fameux Streussels. 

Pour l'utilisation : chauffer le wrap entre les mains et modeler autour de l'objet. Maintenir les mains quelques secondes pour fixer.
Pour l'entretien : un petit coup d'éponge et de produit vaisselle et rinçage à l'eau froide (donc à éviter pour emballer de la viande par exemple).


Les wraps en tissus à la cire d'abeille

Matériel

- une toile de coton fine avec un tissage serré (autour de 70/80 g/m2). Cela fonctionne bien avec de vielles chemises en coton (Merci Jonathan !) ou de vieux draps. Découper des morceaux de la taille de votre choix, attention à ne pas les faire trop grand cela complique un peu la réalisation. J'ai opté pour des rectangles de 35x40 cm environ. Pour recouvrir des bols ou saladiers, vous pouvez opter pour une forme ronde de diamètre 10 à 15 cm plus grand que le récipient.
- de la cire d'abeille ou de la cire végétale pour la version vegan
- un four + une plaque réservé à cet usage + du papier sulfurisé ou un fer à repasser + un morceau de carton ondulé pour protéger la planche + du papier sulfurisé

Je suis également tombé sur une version mélangeant cire d'abeille et térébenthine. Cela donne un produit liquide qu'on peut appliquer au pinceau et évite le chauffage. Je ne sais pas ce que cela change sur la texture du produit fini.

Tutoriel


Remarques
* J'ai volontairement plus chargé mes wraps en cire que ce qui est dit dans les tutos. J'avais fait un premier essais moins ciré, mais une goutte de colorant alimentaire déposé dessus finissait par imprégner le tissus. Un peu limite niveau hygiène... Ceux-ci sont plus déperlants et gardent mieux la forme.
* A titre personnel je préfère la méthode au four. La température de mon fer n'est pas réglable ce qui explique que ça n'ait pas vraiment fonctionné (pas assez chaud ?) et j'ai trouvé qu'il y avait plus de pertes de cire qu'au four.
* Pour une production à la chaîne, j'ai fait un mix des deux méthodes qui s'est révélée assez efficace. Cela m'a permis de préparer la fournée suivante pendant que l'autre était dans le four. J'ai fait un mini-millefeuille : un tissus, de la cire, un tissus. J'ai recouvert de papier sulfurisé et j'ai fait fondre légèrement au fer. Ensuite je les ai mis le millefeuille au four en rajoutant des copeaux de cire sur le tissus du haut, avec éventuellement retournement en cours de "cuisson" et rajout de cire.

samedi 30 décembre 2017

Le gilet d'Agathe

Petite variation slave autour du classique gilet magique en point mousse. 
Un camaïeu de rouges, un soupçon d'orange, quelques fleurs crochetées, des tresses lettones pour les bordures et voici et voilà le gilet d'Agathe






Cela faisait un moment que j'attendais le projet idoine pour utiliser le motif de la tresse lettone, pour le tutoriel c'est par là. Seule modification : pour obtenir une lisière à peu près nette, j'ai tricoté une maille à l'endroit avec les 2 fils en début et fin de rang.

Je me suis aussi un peu enflammée pour le nombre de boutons. J'avais tellement peur que la bordure en jersey ne roulotte que j'en ai mis 11, pour cette longueur 5 auraient largement suffi. 

samedi 16 septembre 2017

La couverture d'Aurélien

Pour Aurélien, tout petit bonhomme né avec un mois d'avance, une couverture hélicoïdale toute douce pour lui tenir bien chaud cet hiver.





Tricot arrêté en cours de route pour pouvoir être livré aux premiers froids - la couverture mesure environ 80 cm de côté - les bleus seront ajoutés l'année prochaine. Il restera encore à broder la constellation d'Orion sur le centre, son deuxième prénom.

Tutoriel à venir incessamment sous peu ...